À sotte demande, point de réponse

À tête de fer bras d’acier

À tous seigneurs tous honneurs

À tout bon compte revenir

À tout péché miséricorde

À tout perdre il n’y a qu’un coup périlleux

À tout seigneur tout honneur

À tout venant beau jeu

À toute bête la nature a donné son ennemi

À toute heure, Chien pisse et femme pleure

À trompeur, trompeur et demi

À trop tirer, on rompt la corde

À trop vieux corps, point de remède

À un chacun sent bon sa merde

À un cheval hargneux il faut une étable à part

À une femme et à une vieille maison il y a toujours à refaire

À vaillant homme courte épée

À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire

À vieille mule, frein doré

Âne avec le cheval n’attèle

Épouse ton égale (Solon d’Athènes)

Éveillé comme une potée de souris

Évite que ta langue ne devance ta pensée (Chilon de Sparte)

Évitez de vous mêler des affaires publiques (Platon)

Évitez les trois quarts du chemin à l’ami qui revient (La Rochefoucauld)

Évitez même la tombe de votre marâtre (Callimaque)

A beau mentir qui vient de loin

Abondance de biens ne nuit pas

Abondance engendre fâcherie

Abreuver son cheval à tous gués, Mener sa femme à tous festins, De son cheval on fait une rosse, Et de sa femme une catin

Absent le chat, les souris dansent

Accommodez-vous, le pays est large

Acheter est meilleur marché que demander

Adieu paniers, vendanges sont faites

Advienne que pourra

Aide-toi, le ciel t’aidera

Aller et venir font le chemin pelé

Ami au prêter, ennemi au rendre

Ami de table est variable

Ami vaut mieux qu’argent

Amis au prêter, ennemis au rendre

Amitié de grands, Serments de femmes, Et soleil d’hiver, Ne durent guère

Année glanduleuse année chanceuse

Apprentis ne sont pas maîtres

Après la panse viens la danse